+ d’infosRevoir L’oeuvre

Détail de maison créole

Description de l’œuvre

C’est une œuvre figurative qui pourrait être qualifiée d’abstraite de par sa facture si elle ne représentait pas le détail grossi d’une architecture d’une maison guyanaise.

Deux bandes de bois se distinguent dans un coloris rappelant le fameux bois violet guyanais : l’une ferme la composition sur la gauche et la deuxième lui est perpendiculaire partageant le reste de l’œuvre en deux parties inégales. Sur ces bandes, des traces de peinture bleue se détachent comme s’écaillant de façon aléatoire de leur support. De part et d’autre de la bande horizontale, on devine une patine terre de sienne rappelant la couleur de l’argile. La peinture bleue claire qui la recouvre se trouve altérée par des éraflures en haut et carrément retirée au milieu de l’œuvre. On voit des ajouts de gris entre le bleu clair et la terre de sienne. Une éraflure à gauche nous montre le procédé de décollement de la peinture.

Les couleurs froides de couverture se retirent pour donner à voir les couleurs chaudes des matériaux de construction de la maison mettant en place un contraste.

L’œuvre est signée en noir de façon lisible à droite du prénom et nom de l’artiste.

Interprétation possible de l’œuvre

Il s’agit pour l’artiste de traduire le passage du temps et ses effets sur les habitations guyanaises. Sous des couleurs modernes (bleu foncé et bleu clair) apparaissent les matériaux constituant ces demeures : le bois pour la charpente et l’argile employé pour recouvrir le mortier torchis dit alors « bousillé » (de boue = argile + eau). Les ajouts gris pourraient être vus comme les raccords de ciment que font certains habitants des maisons créoles pour masquer d’éventuels décollements des matériaux liés aux méfaits du temps et des conditions météorologiques.