+ d’infosRevoir L’oeuvre

L’Eveil

Description de l’œuvre

Photographie du buste de l’artiste lui-même entièrement couvert de vase (matériau qualifié de pauvre) de couleur anthracite ou cendrée placé sur un fond couleur de terre rouge.

DOUCHAN se fige dans une posture, dans une gestuelle théâtrale. Le buste est incliné en un arc léger vers la droite.

La main gauche courbée vient soutenir le menton. Le bras droit est relevé vers l’avant et la main droite est posée sur la tête comme pour la protéger.

Les yeux sont fermés par la viscosité de l’argile alors que la bouche est entre ouverte comme pour laisser passer un souffle.

Apparaissent les plis d’un drapé entourant les hanches.

Le corps englué se détache sur de fond couleur de terre de sienne, argile de Guyane, peint au gros pinceau en large aplat sur le support.

Il y a un contraste entre la forme et le fond l’un mettant l’autre en évidence.

Cette œuvre photographiée fait partie d’une série d’une série de douze photographies tirées d’une performance de l’artiste décrivant les différents états d’âme que peut traverser un être humain.

La monumentalité de cette photographie confronte directement le spectateur à l’expression de l’artiste. Il se dégage une sorte de fascination ou de répulsion liée à la vision intimiste qu’elle propose.

Interprétation possible de l’œuvre

Quelle est la fonction de l’argile ?

Est-ce pour recouvrir le corps de chair pour le rendre plus neutre et repousser sa reconnaissance en le rendant inidentifiable et anonyme ?

Est-ce pour le transformer en sculpture en lui donnant cet aspect figé ?

Est-ce pour marquer une sorte d’enfermement, d’introversion de l’individu enveloppé dans son sentiment comme cette gangue d’argile statufie le corps ?

Ou est-ce pour mieux illustrer cette palette de sentiments déclinée par l’artiste débarrassant la forme sollicitée de tous détails parasites ?