+ d’infosRevoir L’oeuvre

Masque

Description de l’œuvre

Œuvre composée de trois parties : 2 barres de métal horizontales qui supportent la pièce centrale au moyen de chaînes.

La pièce centrale de forme trapézoïdale en métal de récupération est encadrée à gauche et à droite par un morceau de liane torsadée fixée à la plaque de métal par un système d’accroche.

Sur la pièce centrale en métal oxydé et badigeonnée d’un lavis couleur de rouille sont soudés trois masques : un de grande taille au centre, deux plus petits placés en bas à droite et à gauche du premier.

Le masque central est réalisé dans un métal de récupération de couleur foncée. Le travail brut du façonnage des traits du visage par pliage et martelage est souligné par des lignes de couleur peintes sur les arêtes. Il arbore en son sommet un vieux râteau à feuille qui peint dans des couleurs vives rappelle une coiffe d’inspiration amérindienne Il porte une plaque de métal soudée sur le menton pouvant être une barbe. La bouche est obtenue par l’enfoncement du métal à cet endroit. Les orifices des yeux et du nez sont troués dans le masque. Deux grands anneaux ornent les flans gauche et droit comme des bijoux.

Une trace sombre comme un noircissement du métal obtenu par brûlage entoure le masque central rappelant le cerne noir de la plaque le mettant davantage en évidence.

Les deux autres masques, plus petits, sont d’un métal de récupération plus brillant rappelant l’aluminium. Accrochant davantage la lumière et placés de part et d’autre du masque central ils l’encadrent et ainsi le placent en avant.

S’ils portent une coiffe peinte en blanc et couleurs à même la plaque, une torsade de rubans de métal se dresse au sommet de leur tête. Les orifices des yeux et du nez sont troués dans les masques comme pour le grand masque.  Celui de gauche a au menton une barbiche de métal, celui de droite a des anneaux différents. Des traits de couleurs peints parcourent la face de chaque masque comme une peinture rituelle.

Les barres de métal plein mettent en tension et stabilisent l’ensemble.

Interprétation possible de l’œuvre

On pourrait supposer que le masque central est celui de l’intercesseur de rites d’initiation autrement-dit celui du chaman entourés de ceux de ses associés ou de ceux devant être initiés.

Les traits de couleur installent un peu de vivacité, d’humanité sur la froideur apparente du métal.

Les orifices non comblés posent une sorte de dramaturgie sur les masques.

Les masques rappellent des masques rituels qui mélangeant des caractéristiques afro-caribéennes et amérindiennes proposent une vision onirique artistique du métissage.