+ d’infosRevoir L’oeuvre

Oups

Description de l’œuvre

Sur fond réalisé de larges aplats rouges parsemé de touches de couleur rose et bleue, se détachent une silhouette féminine, six têtes d’hommes et six fois l'interjection « oups ».

Une femme nue, chaussée d’escarpins est représentée tenant contre elle un sabre. Elle est peinte en gris bleuté. Les traits de son visage sont clairement dessinés : sourcils, yeux, nez, bouche et cheveux mi-longs grâce à un trait de pinceau bleu du même bleu que celui du cerne qui entoure son corps. Elle tient de sa main gauche, le bras replié vers le haut, un sabre à large lame. De sa main droite elle le maintient contre elle, le bras droit plié à hauteur de la taille. Le sabre est lui aussi cerné de bleu. Des touches de rouge ponctuent l’ensemble : sur la poignée et la lame du sabre, sur le sein droit, et la jambe gauche.

Les six têtes d’hommes, comme décapitées, sont représentées suivant le même procédé : peintes en gris bleuté, détails du visage et cerne peints en bleu. Elles sont placées en bas du tableau, de part et d’autre du personnage. Les couleurs employées sont donc hors-ton.

L’inscription « oups » écrite avec un trait gris bleuté au pinceau est écrite trois  fois à gauche et à droite avec une inversion dans le sens de l’écriture.

Trois couleurs dominent dans cette toile : le rouge (couleurs chaude) du fond, le gris bleuté (couleur froide) des personnages et le bleu (couleur froide) du cerne. Cela donne une impression de « pochoir » sur mur comme pour un graffiti. Ce procédé ancre Charlotte OFFREYZE dans une démarche très contemporaine.

Interprétation

Le rouge traduit la colère, la violence qui anime intérieurement cette femme représentée ici avec une expression presque sereine. Le gris symbolise la tristesse, le vide, l’anéantissement dans lequel l’être humain se peut se trouver plongé (en particulier une femme agressée, violentée). Le rose, au contraire apporte quelque chose de léger qui disparaît sous les autres couleurs comme l'innocence perdue confrontée à la dureté des moments vécus par certaines femmes. Le cerne bleu rentre en contraste avec le rouge et le rose. La coupe de cheveux et l’allure du personnage pourraient faire penser à un autoportrait.

L’interjection « oups » place une touche d’humour car elle nie la gravité de l’acte accompli par cette femme qui vient de décapiter six hommes : « oups ! Je crois que je viens de commettre une bêtise ! »

Ce tableau fait partie d'une série de 5 tableaux intitulée "Envie de meurtres"... un peu comme un retour à l'envoyeur : rendre aux hommes ce qu'ils peuvent hélas encore faire aux femmes : viol, lapidation, décapitation, coups de fouet, etc.
L'image originelle est tirée d'un magazine de mode où le mannequin pose ainsi avec ce long sabre.
On peut dire la nudité de la femme est cachée par le sabre mais ce n'est pas une démarche volontaire de Charlotte OFFREYZE....
On peut voir un archétype de posture féminine dans l'histoire de l'art et de la représentation de la femme : Vénus sortant des eaux, Élévation de la Vierge...

La peinture de Charlotte OFFREYZE est une peinture engagée, féministe qui dénonce les violences faites aux femmes.