+ d’infosRevoir L’oeuvre

Une tranche sociale

Description de l’œuvre

Quatre personnages sont debout au centre du tableau, une femme et 3 enfants, dont l'un  tient un baluchon sous le bras; à droite une femme est assise sur une malle,un enfant en bas âge sur le  bras, un autre debout devant elle; il y à une valise à terre, entre les deux groupes de personnages, un homme au regard oblique est figuré au trois quart dans un bloc qui semble être de béton, il apparait tel un fantôme,ou bien est en train de s’éclipser , caractérise aussi l'abandon,  mais  présent ; important  pour l’auteur car  mieux  travaillé, dans  un  plan premier, alors que la mère et  les  enfants sont plus petits.

Une rue en perspective est visible sur la gauche, vue urbaine dense, partage  la toile, un ciel bleu tacheté de blanc forme le fond du tableau.

A droite une femme (symbolise une  mère) est assise vue de trois quart dos, assise très droite, elle porte un enfant et devant elle un autre se tient debout. Elle a des cheveux  longs et noirs, l’enfant qu'elle tient sur elle est emmitouflé dans un vêtement rouge de même que celui debout devant elle, ils sont vus de dos.

Ils  semblent  être  abandonnés  sur  les  lieux  avec  leurs   bagages.

Les trois enfants sur la gauche et la femme sont vêtus chaudement. Ils sont un  point d’importance du tableau. L’un porte une casquette rouge bordeaux et un manteau de la même couleur en dégradé plus clair, un autre enfant porte une veste rouge carmin et une écharpe claire, la femme porte sur une longue robe noire un long manteau peint en trainées jaunes et blanches qui pourrait faire penser à une couverture de survie que l’on distribue dans le camps de réfugiés, elle est coiffée d'un bonnet ou bandeau épais noir également.

Le personnage masculin au regard oblique porte un manteau aux différents tons ocre ; le bloc de mur sur lequel il apparaît est peint en marron tacheté d'ocres plus ou moins foncées. La figure de l'homme est peinte en marron foncé. Les  yeux  sont  ouverts, un seul est  visible et  expressif. Le seul œil qui  voit dans le tableau. 

La valise au bas du bloc est peinte en marron.

La rue à gauche est peinte en perspective et va jusqu'au ciel, elle est lumineuse, des tons clairs : des bleus, des rouges, du jaune, du blanc, le sol est rouge sur la gauche, marron foncé, voir noir sur la droite.

Il y a contraste  entre la rue en perspective aux  maisons lumineuses à gauche et les blocs bétonnés aux contours géométriques à droite, sans expression.

On remarque un travail sur la perspective, les personnages sont figurés sommairement, seule la figure de l'homme, celui ci plaqué sur le cube, a été travaillée plus précisément. Tous les personnages sont d'apparence africaine ou créole.

Les couleurs sont normales : ton local. Les effets de nuances du tableau sont limités, ils sont plus appuyés sur les surfaces de la pyramide à droite et pour renforcer la perspective de la rue.

Les touches de l’artiste sont expressives : on voit le sens su pinceau sur la toile.

La couleur bleue dégradée du ciel résulte d’un travail de touches en mouvement du pinceau.

Interprétation

Sont-ils sur le départ ou sont-ils arrivés en terre d’asile ?

Quittent-ils, à regret, leur pays d'origine ? Pour un pays du Nord ? Les vêtements, la valise, le contraste entre les petites maisons lumineuses du pays d'origine et les blocs de béton, symboles des villes d'Europe ou des Etats Unis, le ciel bleu intense sur la gauche qui s'assombrit sur la droite pourraient le laisser croire.

Quoiqu'il en soit l'artiste a joué sur les perspectives, les contrastes pour rendre palpable une déchirure, un adieu. Une tranche  sociale qui inspire l’action sociale.